Poursuite des tailles

Un dimanche après midi ensoleillé ! On en profite pour poursuivre les tailles au jardin.
Taille du dernier rosier oublié, un rosier anglais grimpant High Hopes qui a mal démarré et est toujours resté chétif. Sa rose en forme d’urne et d’un joli rose, est très délicate et parfumée.

On en profite également pour faire une cueillette de physalis, un plant qui est arrivé tout seul dans le jardin et a choisi de s’installer entre ce rosier et le cerisier ! Il donne à profusion.

Taille du cerisier.
On l’a taillé en espalier mais il n’aime pas du tout cela, il ne donne aucune cerise pour l’instant et a tendance à vouloir reprendre une forme d’arbre. Il est rabattu drastiquement chaque année. En tout cas, il sert à dissimuler le nichoir à oiseaux, et les chayottes y grimpent, donc on récolte des chayottes au lieu de cerises !

Taille du géranium rosat sur le pignon de la maison, je devrais le tailler davantage, mais je le ferai plus tard. En cas de froid sévère ( ça peut arriver, même par chez nous !) la végétation restante protègera les racines du gel.
La végétation exubérante enlevée découvre des feuilles mortes et du terreau qui doit être plein de bestioles à voir les poules y picorer allègrement.

Toute cette végétations est aussitôt broyée.

Et répandue dans le jardin au pied des arbres et aussi au potager.

Et pour finir, une photo de la choucroute maison mise à lacto-fermenter fin Janvier.
On l’a dégustée, elle est délicieuse, on en refera, c’est si facile à réaliser.

Grande journée de taille

Enfin, un peu de temps sec et même assez ensoleillé.
Un jour idéal pour effectuer les différentes tailles au jardin : fruitiers, rosiers, hortensias.
D’abord, la taille du seul pommier plein champs du jardin, tous les autres fruitiers sont en espalier par manque de place.
Pour les fruitiers plein champs, pas de taille, excepté lorsqu’il y a des enchevêtrements qu’il faut supprimer. En effets les branches en frottant risquent de se blesser, ce qui crée un porte d’entrée aux maladies. Donc très peu voire rien à faire.

Pour les fruitiers à pépins, pommiers, poiriers en espalier, la taille est plus importante et plus délicate, car il faut reconnaître les parties de l’arbre susceptibles de porter des fruits.
En cliquant sur le lien ci-dessous, vous pourrez voir une vidéo montrant la taille d’un poirier en fuseau de façon détaillée, ce sont les mêmes principes pour des formes en verrier.
https://www.youtube.com/watch?v=vH63DZXDENY
C’est une vidéo de Newsjardintv avec Jean Luc Eychenne , de nombreuses autres vidéo sont disponibles toutes très utiles pour bien tailler toutes sortes d’arbustes et arbres.
Pour les fruitiers à noyaux, la technique est différente, consulter également les vidéos de JL Eychenne.

Tailles des poiriers et pommiers en cordon avec la technique de taille trigemme décrite par JL Eychenne :

La tailles des rosiers est différente suivant qu’il a une forme buisson ou qu’il est grimpant. Là encore, les vidéos de Jean Luc Eychenne aident beaucoup .

Taille d’un rosier Anglais, Leander :
A la gauche du rosier, une vigne qui sera taillée plus tard car elle n’a pas encore « débourré », les bourgeons ne sont pas encore apparents.

Et enfin la taille des hortensias (hydrangea). L’un des hortensias, nécessitait une taille de régénération, en voici le résultat, auparavant, il occupait tout cet espace ! :

Tous les végétaux de taille sont broyés et remis en paillage au jardin et également dans le potager.
L’eucalyptus a été aussi élagué, on ne peut pas se permettre de le laisser pousser aussi près des maisons, il pourrait monter à 30m! Il n’aurait jamais dû être planté là, un héritage de nos prédécesseurs.

En plus de l’eucalyptus élagué comme un platane, on peut apercevoir les deux hortensias taillés différemment, à gauche une taille normale, au milieu une taille de régénération.
Le camélia sera taillé après la floraison pour qu’il garde une hauteur raisonnable pour un petit jardin.
Et une surprise, la première asperge de la saison , encore plus tôt que l’an dernier !

P1020872

 

 

 

Taille de la haie d’osier vivant

Une journée sans pluie avant la tempête suivante, on en profite pour commencer les tailles.
D’abord la haie d’osier vivant.

Toutes les tailles sont récupérées, elles sont un peu courtes mais on va  essayer d’en faire un petit panier.

Les érigérons au pied de la haie seront également taillés.

Fabrication de peinture à la farine avec un pigment naturel terre d’ombre verdâtre d’Allemagne. Les ingrédients :

P1020723

La cuisson :

P1020745

La peinture servira à protéger une mangeoire à oiseaux.

Préparation de choucroute et de vinaigre de cidre

Voila le retour de la pluie !
C’est le moment de faire des expériences à l’intérieur !
Fabrication de choucroute maison, on coupe le chou en très fines lanières, on y ajoute du sel et du cumin. Il ne nous restait plus de baies de genièvre, dommage ! On s’en passera.

Le chou émincé et assaisonné est mis en bocal et recouvert d’une feuille de chou. Les bocaux seront fermés et laissés à température ambiante pendant 1 semaine puis remisés au frais pendant 3 semaines. Recette précise sur le site « ni cru ni cuit ».

Pour le vinaigre de cidre, nous avons suivi une recette publiée dans « Les 4 saisons du jardin Bio » n°240.
On a épluché une douzaine de pommes pour faire de la compote, on a récupéré les épluchures et trognons (sans pépin). Les épluchures et trognons sont mis en bocaux, on ajoute 1 cuillerée à soupe de sucre et 600 ml d’eau pour un bocal de 1l.

Les bocaux seront ensuite recouverts d’une mousseline, on laissera fermenter 2 semaines dans un lieu sombre à température ambiante en remuant  tous les jours avec une cuillère en bois.
Après 2 semaines,  filtrer et mettre en bocal recouvert d’une étamine propre, placer de nouveau dans un lieu sombre à température ambiante pendant 3 semaines en remuant tous les 3 ou 4 jours.
Goûter et lorsque l’on obtient la saveur et l’acidité  souhaitée, verser dans une bouteille, fermer hermétiquement et conserver à température ambiante.
On verra si c’est réussi dans quelques semaines !

Début des tailles

Après un automne et un début d’hiver très pluvieux, enfin quelques jours lumineux !
Les températures sont douces pour la saison et la végétation repart.
C’est encore un peu tôt pour commencer les tailles mais le rosier grimpant Mme Alfred Carrière a beaucoup de végétation et beaucoup de prise au vent.
Lors des tempêtes de Janvier, la pergola était ébranlée.
La taille commencera donc par ce rosier. On attendra un peu pour les autres.

Le chèvrefeuille abrite parfois un nid de merle, il sera taillé tôt également pour que la végétation soit dense de bonne heure et qu’il n’y ait plus d’activité humaine dans cette zone, cela favorisera peut-être une nouvelle installation du merle.

Et pour finir, préparation de scones pour les déguster au petit déjeuner avec de la confiture de fraises maison et de la crème fraîche. Yummie !

 

Et demain, on se lance, préparation de choucroute maison et de vinaigre de cidre !
Affaire à suivre !…

Préparation des olives bretonnes en saumure

Des olives récoltées en Bretagne !
Elles ont été mise à tremper à l’eau pendant une dizaine de jours. L’eau est changée tous les jours.
Elles sont prêtes à être mise en saumure. Elles sont d’abord mises en bocal.

Puis une saumure préparée avec 60g de sel de guérande pour 1 litre d’eau est ajoutée dans chaque bocal. Ils seront ensuite fermés et stockés pendant minimum 3 mois, et mieux 6 mois avant consommation.

Semis de fèves et conserves de piments

Beaucoup de pluie cet automne, difficile de trouver une période plus sèche pour le semis de fèves. La terre est complètement détrempée.
Ce semis a pu être fait en début de cette semaine entre deux averses. Comme le sol n’est pas travaillé, ce fut possible. Un petit trou est creusé avec les doigts et  5 ou 6 fèves sont mises au fond du trou et recouvertes. Les semences utilisées ont été produites dans notre jardin. Nous commençons à faire nos propres semences le plus possible.

Les fèves sont semées de part et d’autre de la rangée de panais.
Les feuilles devant sont des feuilles de consoude qui seront utilisées en paillage.

Récolte d’automne :  les carottes sont de très belle taille cette année. Le panais n’est pas bien gros mais il a une forme très particulière !
Les feuilles de chou sont celle du chou portugais,  pas le tronchuda mais le galega qui est en fait par ci plutôt un chou fourrager, mais délicieux et tendre.

Préparation de pâte de piment au vinaigre et gingembre  ( petits bocaux à droite, attendre 3 semaine avant de consommer), piments à la saumure au milieu et à gauche, dernière sauce tomates avec les tomates qui ont fini de mûrir au salon !
Les piments sont bien tassés avec l’aide d’un pilon en bois.

Puis on ajoute la saumure ( 30g de sel pour 1 litre d’eau). On ferme le bocal, on laisse à température ambiante 1 semaine dans une assiette creuse car la saumure sort du bocal malgré le caoutchouc. Recette de conservation à la saumure (lactofermentation) sur le site : Ni cru ni cuit  (Cliquer sur le lien pour visiter ce site)

Nous avons fait un bocal de haricots verts et des prunelles de cette façon, mais nous n’avons pas encore goûté. L’année dernière nous avions fait des betteraves rouges rappées ainsi, c’est vraiment très bon. C’est une façon qui permet de conserver sans chaleur, et la quantité de sel utilisée est vraiment très faible. On prépare un litre de saumure à l’avance, la solution se conserve indéfiniment et finalement on en met très peu dans un bocal.

Paillage d’hiver, du nouveau.

La saison des courgettes et tomates est terminée.
Il est trop tard pour semer de l’engrais vert après ces cultures. Il faudra donc recourir à un paillage épais pour couvrir le sol durant l’hiver.
Il nous a fallu attendre une éclaircie pour commencer les travaux de paillage, le mois d’Octobre a été très pluvieux, l’éclaircie fut courte et nous avons dû finir sous la pluie, heureusement qu’il n’y avait pas de travail du sol à faire.
Les tuteurs à tomates en bambous sont démontés et mis de côté pour la saison prochaine.
Les plants, tomates et courgettes sont coupés, les racines restent en terre.
Ils sont mis de côté sur une bâche sur la pelouse.

La brigade anti slug est à l’œuvre, une des rares moments où les poules sont autorisées sur une planche potagère !

Du nouveau cette année : nous avons eu la chance de pouvoir nous procurer du fumier de cheval.

Il sera étalé sur la planche à l’aide d’une griffe.

Les végétaux précédemment retirés seront étalés par dessus.

Les années précédentes, nous recouvrions tout ça de foin, mais cette année, nous utilisons tous les végétaux résultant des tailles dans le jardin, accumulés tout au long de l’année et stockés dans un bac fait avec des palettes. Tout ce qui est produit au jardin reste au jardin.

Le tout est recouvert d’un grillage à grosses mailles, pour éviter que les poules dispersent le paillage.
L’épaisseur de la couche de végétaux maintiendra une température prolongeant la vie du sol qui restera ainsi active plus longtemps, un plus pour la fertilité du sol.
Au printemps prochain, la paillage restant sera enlevé, mis de côté pour d’autres usages, et les pommes de terre seront plantées 2 à 3 semaines après. Dans l’intervalle, le sol se sera réchauffé un peu.

Travaux d’Octobre

La dernière récolte du second semis de haricots verts est réalisée. les plants sont coupés, la racine reste en terre, les plants sont récupérés pour un paillage ultérieur.

Les reste de paillage des haricots sont enlevés pour permettre un semis de mâche à la volée entre les choux.

Repiquage de chou pour le printemps. Les choux repiqués précédemment seront consommés en hiver.

Les restes de paillage sont remis autour de choux.

Repiquage de salades Cornets de Bordeaux.

Les haricots récoltés au jardin d’Emilia sont écossés et remis à sécher.

Fabrication de pâte de piment au vinaigre avec les piments récoltés dans le jardin d’Emilia.
Les grands bocaux contiennent des prunelles sauvages récoltées sur le talus en face de chez nous et mises en saumure. ( lactofermentation). On peut les utiliser à l’apéritif comme des olives, on verra dans quelques semaines ! C’est notre premier essai.

La récolte de graines se poursuit, il y en a partout à sécher !