La saison des plantations et semis commence

La terre a commencé à se réchauffer.
Pour la première fois, on a mesuré la température du sol avec un thermomètre de cuisine avec sonde : 12°C partout.
Un peu de temps sec et on peut commencer les plantations et semis.
Le paillage est enlevé et stocké dans un autre coin du jardin, les poules en profitent et se régalent de tout un tas de petites bestioles.

Un dernier aperçu du potager d’hiver, les derniers légumes seront arrachés et stockés au garage, sauf les choux et la mâche et le reste de poireaux.

La première tonte de gazon sert de paillage léger.
Plantation de pommes de terre sur la planche n°4, en partant de la maison.

Un petit trou à la truelle, en écartant légèrement le paillage,on met  la pomme de terre au fond du trou qui est aussitôt rebouché.

Semis de petits pois sur une moitié de la planche n° 3, l’autre moitié sera destinée au haricots verts en Mai, il y reste encore quelques poireaux.
Le bâton mesureur est bien utile avec ses graduations tous les 10cm pour repérer l’endroit de semis le long du cordeau bien tendu..

En bout de planche n°2, on plante des échalotes toujours à l’aide du cordeau et du bâton mesureur.

Toujours sur la planche n°2, on laisse un espace pour recevoir les petits plants de cèbes de Lézignan qui commencent à pousser dans des barquettes, d’abord à la maison puis maintenant dehors en attente d’être repiqués.
L’espace suivant, sur la même planche, recevra, au milieu un semis de panais pour l’hiver prochain. Arrosage du fond du sillon avant le semis.

Semis de panais. On voit bien les graines au fond du sillon.

De part et d’autres de cette ligne, 2  lignes de semis de poireaux, les petites graines noires au fond du sachet. On a un autre semis de poireaux en barquette commencé à l’intérieur, mais deux précautions valent mieux qu’une.
Encore quelque chose qu’on récoltera l’hiver prochain. Cet hiver n’est pas encore terminé qu’on pense déjà au suivant !

C’était un nœud lunaire, on n’aurait pas dû  jardiner… On verra.

Travaux de février

Les travaux de fin d’hiver ont commencé au jardin ornemental.
Taille des rosiers :

taille-rosier

D’abord le rosier grimpant « Mme Alfred Carrière » puis tous les autres, il y en a douze en tout.
Le chou que l’on aperçoit derrière la pergola, sur la gauche,  est un chou Daubenton, un chou perpétuel. Il a été transplanté en Novembre, sans précaution, et n’a pas eu de difficulté à reprendre.
Ensuite, c’est le tour de la hais d’osier vivant :

haie-osier

Il a fallu refaire tous les liens, le raphia, s’abîme vite. On procède ensuite à la taille de tous les arbres fruitiers, il y en 10, pas mal pour un petit jardin ! Tous sauf un sont palissés. ( 4 pommiers, 3 poiriers, 1 prunier, 1 cerisier et 1 pêcher)

taille-fruitier

C’est ensuite le tour des l’aspergeraie, des hortensias, du chèvre-feuille et enfin du carré d’aromatique. Les tailles sont passées au broyeur et serviront à pailler (ou mulcher) .
Les herbes dites indésirables restent en place, elles servent d’engrais verts pour l’instant et protègent le sol. Un peu plus tard dans la saison, elles seront arrachées et laissées sur place en paillage.
C’est maintenant le moment d’aller chercher des légumes au potager. Les carottes sont toujours en terre et se portent très bien.

caroote-2

C’est une variété ancienne, la Géante de Tilques, qui porte bien son nom, elles sont effectivement très grosses. Celle-ci est la plus grosse que nous ayons arraché jusqu’ici, elle pèse 418g. Nous en avons repéré d’autres, nous  laisserons certainement les 2 plus belles en terre pour faire notre propre graine.

carotte

Et pour finir, cueillette de quelques feuilles de chou Tronchuda, ce chou Portugais, très tendre.

chou

Il se porte très bien durant l’hiver et continue de produire de belles feuilles que l’on coupe selon les besoins. Sous les choux, les navets rave d’Auvergne qui ont bien produit aussi cette année.

nains

Le carnaval approche

Un déguisement de pirate pour un de mes petits fils.
J’ai fabriqué le tricorne en feutrine en m’inspirant d’un chapeau acheté lors des fêtes maritimes de Brest 2012.
Pour le costume, j’ai dû acheter un patron en mercerie, un peu difficile à suivre.
Mais on peut le simplifier. : la doublure de la veste en velours n’est pas nécessaire mais elle m’a permis d’apprendre une nouvelle technique.
Le tee shirt a été acheté, sinon tout le reste est fabrication maison.
Les bottes sont en fait des guêtres, à mettre avec des chaussures. Il y a une fermeture à glissière sur le côté non visible pour les enfiler plus facilement. Le tissus synthétique  ressemble à du daim et en a le toucher.

pirate

Atelier de couture

En hiver peu d’activités au jardin, j’en profite pour faire des travaux à l’intérieur…
Il y a 5 ans, j’avais acheté un costume flamenco pour ma petite fille lors d’un séjour à Madrid. J’avais hésité entre 2 tailles : 4 et 6 ans.
Comme elle était trop petite, j’avais bien rangé la robe en arrivant.
Cet été, de retour à Madrid,  j’ai acheté un éventail et un châle assorti pour compléter le costume.
Pour son anniversaire de 6 ans, j’ai ressorti la robe de son emballage et constaté que j’avais pris la taille 4 ans ! et je ne m’en suis plus souvenue…
Il ne me restait plus qu’à refaire une robe pour compléter les accessoires !
J’en avais déjà fait une pour ma fille il y a plus de 30 ans, j’ai utilisé le patron de la robe de princesse bleue faite il y 2 ans (Mars 2015)  en l’adaptant.

atelier-couture

Le costume a été fini à temps !

costume

 

Le potager en hiver

Le potager en hiver nous fournit beaucoup de légumes mais nous avons aussi pensé au printemps  :
La 1ère planche à partir de la gauche est paillée généreusement et attendra la mi-Mars pour recevoir les plants de pomme de terre précoces..
La 2ème, nous fournit en ce moment en carottes (de Tilques) et poireaux ( bleus de Solaize). Au fur et à mesure de la récolte, le sol reçoit du compost et est aussitôt paillé avec les feuilles des légumes prélevés mais aussi avec des feuilles mortes, quelques tontes de gazon, et le restant de paillage de l’an dernier afin que le sol ne soit jamais nu.
La 3ème planche nous fournit en chou ( Tronchuda, des choux Portugais que l’on effeuille) et navets ( rave d’Auvergne) sur la deuxième moitié. Sur la première moitié, les choux pour le printemps et la mâche qui sert aussi de couvre-sol comestible en attendant la récolte.
Sur la deuxième moitié de la quatrième planche, des betteraves rouges et des rutabagas, des bettes pour le printemps. Sur la première moitié, les panais au milieu et de part et d’autre de la rangée de panais, les fèves qui ont bien supporté les quelques gelées blanches que nous avons subit.

potager

La dernière récolte : poireaux, carottes, feuilles de chou, navets, panais.
Seules les pommes de terre viennent du marché Bio, nous avons fini nos provisions, le potager n’est pas assez grand pour nous fournir en pommes de terre pendant tout l’hiver.

recolte

Une petite expérience, un mini potager dans le salon :
Nous avons gardé le trognon de scaroles du marché Bio avec leur petit cœur et les avons mis dans une soucoupe avec de l’eau, elles ont recommencé à pousser, nous les avons alors transplantées dans des petits pots avec du terreau, elles semblent bien apprécier et continuent de pousser, peut-être une nouvelle récolte en perspective !

salades

Le plan du potager 2016 est archivé, le plan du potager 2017 est prêt et déjà affiché sur le réfrigérateur, les graines sont commandée, la nouvelle saison est en marche !

plan

Mise en hivernage de la planche tomates courgettes

La planche tomate courgettes est la seule qui ne produit pas toute l’année. En fin de production, en général fin Octobre, elle est préparée pour l’hivernage.
C’est la planche la plus à gauche, on voit encore les feuilles de courgettes, les plants de tomates ont déjà été enlevés et mis en déchetterie exceptionnellement  à cause du mildiou.
Après l’arrachage des tomates, cette partie avait servi à stocker différents végétaux, taille de haies du voisin, tontes de gazon etc.. afin que la terre ne soit jamais nue.

potager-1

Tous les végétaux et les plants de courgettes, après prélèvement des dernières courgettes et des jeunes pousses qui seront cuisinées en brèdes, seront enlevés et stockées sur une bâche.
Les plants de courgettes sont coupés, la racine reste en terre.
La planche est redéfinie à l’aide d’un cordeau  et les herbe débordantes coupées seront stockées aussi sur la bâche.
Puis  elle sera légèrement travaillée à la grelinette.
Le sol reste souple et grumeleux avec l’utilisation du paillage autant que possible donc plus besoin de le bêcher, ce qui contente tous les organismes du sol qui vivant à des profondeurs différentes seraient gravement perturbés.

potager-2

Le reste de compost sera étalé. Comme il ne nous reste pas assez de compost, on complète avec du compost de fumier de ferme enrichi en algues, que l’on trouve en jardinerie. Michel a embauché le petit fils, il faut débuter le potager aussi tôt que possible !

potager-3

On étale ensuite tous les végétaux verts stockés sur la bâche, puis le reste de paillage de l’an dernier stocké au fond du jardin ainsi que les feuilles mortes récupérées dans la rue. ( Notre approvisionnement en feuilles mortes va être très réduit maintenant du fait de l’abattage des arbres du talus en février dernier ! )
Il y a aussi des vieux cartons qui servaient à protéger le tas de végétaux.

potager-4

On voit bien les végétaux frais sous le tas de végétaux en cours de compostage.
Il ne faut pas hésiter à en mettre beaucoup.

potager-5

Le tout sera recouvert d’un grillage à grosse mailles pour éviter que les poules n’éparpillent le tout. Nous n’avons pas ajouté de foin frais cette année, du moins pas encore, le projet est à l’étude !
Et voila! la planche va rester ainsi jusqu’au début du mois de Mars où le reste de végétaux sera enlevé et stocké ailleurs dans le jardin pour une autre utilisation en paillage, permettant ainsi à la terre de se réchauffer en attendant la plantation des pommes de terre un peu plus tard entre mi Mars et fin mars selon le climat du moment.Pendant toute la fin de l’automne au moins, ce paillage permettra de nourrir les différents organismes du sol, c’est ce qui lui rendra toute sa fertilité.
Ce paillage intervient donc une fois tous les 4 ans sur chaque planche.

Au milieu de la photo, la planche de poireaux et carottes, où la récolte est déjà commencée, et paillée au fur et à mesure de la récolte avec les feuilles des légumes.

potager-6

Gros plan sur les poireaux bleus de Solaize et carottes Géantes de Tilques.
Cette planche n’est plus protégée par des filets, les légumes sont suffisamment ancrés dans le sol pour que les poules puissent évoluer sans risquer des les déchausser.

potager-8

A droite des carottes et poireaux, la planche de choux.
En début de planche, les choux de printemps, quelques salades et le semis à la volée de mâche qui sera à la fois récolte et couverture de sol. ( choux Tronchuda et de Milan)

potager-9

La mâche, coquille de Louviers,  semée le 25 Septembre  est sortie de terre depuis quelques temps. ( C’est très long à lever)

potager-11

En fin de planche, les choux de printemps , uniquement Tronchuda, entourés de navets semés à la volée. Ils servent de couvre-sol, sont éclaircis 2 fois ( les feuilles sont consommées en soupe). On va maintenant les laisser grossir et ils continueront à couvrir le sol  jusqu’à la récolte..
Les choux Tronchuda peuvent être bien plus gros encore. Et les feuilles que l’on cueille au fur et à mesure sont très tendres et n’ont pas un goût aussi soufrés que nos choux habituels.

potager-10

Et enfin tout à fait à droite, en début de planche l’exubérance des panais que nous avons commencé à consommer, au fond, les betteraves rouges, bettes, et rutabagas.

potager-9

Les rutabagas qui ont commencé à grossir.

potager-7

Le sol du potager reste donc couvert toute l’année, soit par des légumes qui poussent serrés  soit par du paillage, et au fur et à mesure des récoltes on couvre le sol par les fanes des légumes non consommées ou par des déchets végétaux , tailles de haies, taille de gazon.
Nourrir le sol pour nourrir les plantes.

Travaux d’automne

Fin des récoltes sur le second semis de haricots verts. Il donné aussi bien que les autres années (environ 7kg sur 4 m²) Les plans ne sont pas arrachés mais coupés afin de laisser les racines en terre. Elles nourriront la vie du sol et leurs nodules enrichiront la terre en azote.

haricots-copie

La terre est ensuite préparée à la griffe uniquement, puis ensemencée de mâche à la volée, un bon couvre sol pour l’hiver et on pourra également la récolter.

mache-copie

On y plante également quelques choux et salades qui nous restent

repiquage-copie

On remet le filet pour que les poules ne détruisent pas le semis de mâche !

repiquage-2-copie

Récolte de haricots d’Espagne, des premières feuilles de chou tronchuda, un chou portugais qui ne pomme pas et dont on cueille les feuilles au fur et à mesure des besoins. Sur la photo ci-dessus, il sont au bout de la planche qui vient d’être travaillée ( choux+ navets , les navets ne sont pas encore bons à récolter, mais il faut les éclaircir et les feuilles seront mangées en soupe)

legumes-copie

Ces légumes seront préparés en achards, une recette réunionnaise tout à fait délicieuse. (cliquer sur le lien pour voir la recette ou chercher sur le site Goutanou )
Les achards de légumes, le flan de courgette, la tarte aux pomme :

cuisine-copie

Planté il y a 2 ans, le pêcher  sur le mur du garage au fond du potager nous donne ses premières pêches de vigne, tout à fait délicieuses !

peches-copie

Toujours sur le mur du garage, la vigne ne nous donnera pas grand chose cette année ! Et il nous faut encore attendre un peu pour profiter de son unique grappe !

raisin-copie

Et pour finir, les aubergines farcies aux champignons accompagnée de salade.

aubergines-copie

2 aubergines
300g de champignons
1 oignon
4 gousses d’ail
2 Tomates
persil
chapelure (biscotte écrasée)
Huile d’olive, sel poivre, 1 oeuf

Couper les aubergines en 2, les évider  et les mettre dans un plat allant au four.
Hacher la chair des  aubergines, les champignons, les tomates, l’oignon et l’ail, séparément et avec un hachoir à main ou au couteau.
Faire revenir l’oignon dans l’huile d’olive, ajouter l’ail puis la chair d’aubergine hachée, puis  les champignons , puis les tomates,et  le persil.
Faire réduire.Saler, poivrer
Hors du feu, ajouter l’œuf, bien mélanger.
Farcir les aubergines avec cette préparation.
Parsemez de persil haché, mettre au four à 180° pendant 30 minutes.