Pas de récolte de miel cette année

Petite inspection préalable, les ruches de nos amis ont l’air vides, celle qui nous reste n’a pas beaucoup d’activité.
Au printemps nous avions réuni la colonie forte avec une autre faible, la réunion des 2 s’était bien passée et lors de nos inspections précédentes elle était très active. Les herbes sont volontairement laissées hautes pour gêner les frelons asiatiques que nous avions observés près des ruches.
Nous espérions bien faire une récolte de miel.

inspection-1

Pour aller inspecter plus près, il nous faut nous préparer, revêtir les combinaisons et allumer l’enfumoir. Cette fois nous avons 2 photographes, qui restent bien loin des ruches car elles ne ont pas protégées.

inspection-2

Début de l’inspection, pas de couvain dans le premier élément (celui du haut).

inspection-3

Mais le miel n’est pas operculé, donc pas de récolte.

inspection4

Le 3ème élément à partir du haut est bâti en diagonale, bizarre… Donc impossible de savoir ce qui s’y passe.
Le 4ème, celui du bas n’est pas construit du tout, on va donc le retirer.

inspection-5

Après avoir retiré l’élément du bas, on remet tout le reste en place.
La ruche reste donc sur 3 éléments pour l’instant, on verra plus tard car pour l’hivernage il ne devrait rester que 2 éléments.
Nous avons perdu 3 colonies, nos amis aussi, il semble donc que l’emplacement ne soit pas propice à l’apiculture.
Notre jardin est trop petit, il y a des tas de choses partout qui nécessitent de l’entretien , donc je ne vois pas comment on pourrait installer la ruche chez nous. De plus le jardin est visité par les frelons asiatiques qui sont venus butiner sur les fleurs de fenouil, sans attaquer les abeilles qui butinent en grand nombre nos lavandes. Nous en avons tués 3 en très peu de temps, un soir de beau temps, dont un qui s’est noyé tout seul dans un verre de vin blanc que nous avons préparé pour un apéritif sur la terrasse, je l’ai conservé dans son vin blanc dans un bocal de verre !

Travaux de fin d’été

Récolte des cèbes de Lézignan, des oignons blancs doux à consommer frais, on peut quand même les conserver jusqu’en Octobre.

cebes

A la place des cèbes, plantation des betteraves rouges au milieu et de part et d’autre, rangées de côtes de bettes pour le printemps prochain.

betteraves

Récoltes de haricots verts, haricots d’Espagne, courgettes, premières tomates et dernières framboises.

haricots

Le chouchou planté l’année dernière a bien résisté à l’hiver qui a été doux mais par précaution, on avait protégé le pied avec de la paille.
Le plant lance de très longues lianes et a une préférence pour le cerisier, comme il ne nous donne aucune cerise, lui voilà une utilité ! des chouchous dans un cerisier !

chouchoux

La récolte sera meilleure cette année.
Avec les premiers chouchous, je vais préparer un gratin.
Gratin de chouchous
Les chouchous seront pelés, coupés en tranches, l’oignon et l’ail émincés, un petit brin de thym.

recette-1

Faire revenir l’oignon dans un peu d’huile, y ajouter l’ail puis les chouchous et enfin le brin de thym. faire cuire à l’étouffée pendant 10 min à feu doux, surveiller pour que ça ne brûle pas.

recette-2

Mettre les chouchous dans un plat à gratin, recouvrir de béchamel puis d’emmenthal rappé, faire cuire au four à 180° pendant 20 min.

recette-3

Déguster ! C’est délicieux…

Stage de formation au potager

Nous avons de nouveau accueilli des stagiaires  pour un atelier au potager sur les thèmes de la rotation des cultures, les successions et cultures intercalaires, l’utilisation des différents paillages pour nourrir le sol  et quelques rappels de notions sur la fertilité du sol ainsi que la préparation pour l’hiver.
Une douzaine de stagiaires motivés ont été accueillis sous une pluie battante.

accueil-des-stagiaires

La pluie n’a pas cessé, une pluie bien drue, avec de grosses gouttes. Tout le monde était trempé !

des-stagiaires-motives

toujours-la-pluie

Nous avons continué à l ‘intérieur avec d’abord café et thé pendant une échange et de nombreuses questions. Puis nous avons projeté un diaporama de photos prises l’année précédente sur la préparation de la planche à tomates et courgettes pour l’hiver, opération que nous réalisons fin Octobre. (voir articles du  04 Novembre 2015 ou 28 Octobre 2014)
La pluie ayant enfin cessé, nous sommes retournés à l’extérieur autour du tube à consoude : récolte de consoude, nettoyage du tuyau, chargement du tuyau et remise en place des différents éléments.
La consoude est utilisée surtout en paillage mais nous sert également à fabriquer du jus que nous employons en pulvérisation, en arrosage et pour les plantes en pot.
Ironie du sort, la pluie a commencé avec l’arrivée des stagiaires et s’est arrêtée au moment du café, le reste de la journée a été ensoleillée!!!

Retour d’expérience de bicarbonate de soude contre le mildiou

plants-de-tomatesCette année, nous n’avons pas traité les tomates au sulfate de cuivre.
Inévitablement, elles ont attrapé le mildiou !
Un désastre comme on peut le voir sur la photo !
Nous avons donc essayé la pulvérisation au bicarbonate de soude dont j’ai donné la recette dans un précédent article. Toutes les feuilles basses et les premiers bouquets de fleurs étant atteints, il a fallu les enlever.
Dans un premier temps, il nous a semblé que ça fonctionnait, la maladie semblait enrayée. Mais nous avons crié victoire trop tôt. Le mildiou est reparti, pulvérisation à nouveau, etc..feuilles malades  enlevées au fur et à mesure…
Contrairement à ce que nous pensions, le bicarbonate n’est pas curatif.
Le bilan est que notre récolte est très maigre : 1 à 2 kg au lieu des 37 kg  les années précédentes!!! Plus tardive à cause de la perte des premiers bouquets, et surtout trop de pulvérisations au bicarbonate.
Un article est paru dans le dernier numéro des 4 saisons du jardin Bio, écrit par Denis Pépin,  précisant que le bicarbonate est phyto-toxique et qu’il faut se limiter en une saison à 8 pulvérisations, dépassées et de beaucoup par notre traitement cette année ! Et pour un résultat lamentable.
En conséquence, sous climat breton, nous ne recommencerons pas à utiliser le bicarbonate.
Soit on arrête de cultiver les tomates en plein air, soit on utilise le sulfate de cuivre. Avec un nombre modéré d’applications, on est toujours parvenu à éviter le mildiou. ( à la plantation, et uniquement après chaque pluie sur feuilles sèches)
Peut-être que sous des climats moins humides et plus chauds, on peut se le permettre.
Les Cornues des Andes sont très sensibles au mildiou, les Noires de Crimée un peu moins, celles qui ont le mieux résisté sont les Black Prince. Nous n’avions pas de tomates cerises cette année, dommage, en principe, elles sont moins sensibles au mildiou.

Récoltes au retour de vacances

Avant dernière récolte de haricots verts sur le premier semis ainsi que quelques haricots d’Espagne semés à côté de la pergola du pignon.
Les haricots verts, comme les pois,  ont moins donné cette année, à cause d’un début de saison frais, venté et du manque de luminosité.

haricots

Par contre, en ce qui concerne les courgettes, tout va bien.
Les poules ont recommencé à pondre, tous les petits ont trouvé preneur, et nos trois poules et le coq ont repris leurs habitudes.
Becky a eu des velléités de couver, mais cela n’a pas duré, elle y a renoncé toute seule.

courgettes

Certaines des courgettes seront destinées à une ratatouille mais d’autres seront transformées en courgettes farcies aux champignons.

courgettes farcies

Courgettes farcies aux champignons .

2 courgettes
3 belles échalotes.6 beaux champignons de Paris
hachis d’herbes ( thym, romarin, origan, sarriette)
1 œuf battu
huile d’olive,sel, poivre, chapelure.

Évider les courgettes, les faire cuire 20 min au four dans un plat contenant un peu d’eau.
Pendant ce temps, hacher la chair des courgettes, les champignons et les échalotes.
Faire revenir l’échalote, y ajouter les champignons puis la chair des courgettes, ajouter le hachis d’herbes, sel, poivre. Faire évaporer un peu l’eau.
Ajouter 1 œuf battu hors du feu.
Remplir les courgettes, parsemer de chapelure, mettre au four 20 min, déguster avec une salade verte.
On peut utiliser des aubergines à la place des courgettes.

Avec les haricots d’Espagne, j’ai préparé des achards de légumes.
Pour ce faire, je les coupe dans le sens de la longueur à l’aide d’un outils rapporté de La Réunion.

haricots d'Espagne

Achards de légumes :

1 belle poignée de chaque légume : haricots d’Espagne coupés, carottes émincées, chou blanc émincé. (j’ai remplacé le chou blanc par du chou Daubenton du jardin)
1 oignon émincé.
gingembre émincé.
1  c à c de cumin.
1 c à c de graines de moutarde.
1 c à c de curcuma.
1 demi citron émincé.
huile, un peu de vinaigre.

Faire revenir l’oignon, ajouter les graines, puis le curcuma, ajouter les haricots, continuer la cuisson pendant 4 min en tournant. Ajouter les carotte et le chou, continuer à cuire pendant 2 min. Hors du feu ajouter le citron émincé, puis le vinaigre, bine mélanger servir en entrée avec du pain ou en accompagnement.
Les légumes doivent rester très croquants.

Achards

Après la dernière récolte de haricots verts, le premier semis sera enlevé ( plants coupés, les racines restent en place, les plants iront pailler les tomates).
Les choux d’hiver seront aussitôt plantés et des navets seront aussi semé à la volée.

plantation des choux

Au premier plan, on aperçoit le 2ème semis de haricots verts qui a l’air prometteur.
Les poireaux et les carotte sur la gauche poussent bien aussi.
Par contre, pendant notre courte absence, 1 semaine, les tomates ont attrapé de nouveau le mildiou. Pourtant, il n’a pas plu, il y a eu de l’humidité dans l’air. Donc pour que le bicarbonate de soude soit efficace, il faut vraiment une vigilance presque quotidienne  sous le climat finistérien. La récolte sera maigre cette année !

potager

Le temps des récoltes

Au premier plan, le 2ème semis de haricots verts, au fond le premier semis sur lequel nous allons faire notre première récolte, un peu plus tard que l’an dernier. ce n’est pas étonnant, vu le temps, toujours aussi maussade à part quelques jours de canicule, juste pour les fêtes maritimes, les Tonnerres de Brest 2016  !

haricots verts 2

En pleine récolte.

haricots verts

Les Pak Choï sont bien venus cette année, ils n’aiment pas trop la chaleur !
Délicieux, sautés avec oignons et champignons (piment facultatif) et un peu de sauce de soja à la fin  puis servis avec du riz blanc (facultatif)

pak choi

La récolte d’échalotes, faite le 23 juillet,  est mise à sécher au grenier avec la verveine, la mélisse et le romarin, il fait trop humide dehors !
Un semis de rutabaga et de betterave rouge a été fait à l’emplacement des échalotes, on commence déjà à voir les petits plants.

echalottes

Vue du potager.
Michel au fond prépare la consoude pour la préparation du jus.

potager

La consoude est coupée puis mise dans le tuyau, elle sera pressée avec la bouteille d’eau accrochée avec une ficelle, le jus est récupéré dans la vieille théière au bas du tuyau.

consoude

Un gros plan sur les poireaux que l’on doit arroser, les carottes commencent à montrer le bout de leurs feuilles.

poireaux

Enfin les tomates, sauvées, Michel fait un essai : pulvérisation de jus de consoude diluée.
Il va falloir être patient pour la récolte !
Si nous avons des tomates vertes, nous ferons un chutney indien bien épicé car nous n’aimons pas la confiture de tomates vertes. Et de plus nous avons ce qu’il nous faut pour toute l’année en confitures de framboises, fraises, cassis et rhubarbe du jardin !

tomates

Vue du jardin ornemental.

jardin ornemental

Et pour finir, la haie d’osier vivant. 3 brins sont morts cet hiver mais ça n’a pas été difficile de les changer.
Le dessus a été taillé un peu pour la première fois, on peu tailler davantage si l’on veut.

haie d'osier

Nouvelles du potager

Après un début de saison difficile, trop de froid, pas mal de pluie, l’été est enfin arrivé. Les légumes commencent à bien se développer.potager

Le semis de poireaux a été fait mi Mars. Ils ont été repiqués début juillet après la récolte de patates. Il a fallu les arroser plusieurs fois depuis. Les rangs de carottes entre chaque rang de poireaux commencent à apparaître.

poireaux

Le premier semis de haricots vert commence à fleurir ( au fond de la planche). Le 2ème semis fait début juillet commence enfin à bien pousser. Il vient d’être paillé avec de la tonte de gazon.

haricots

Les courgettes commencent à produire.

courgettes

Les différentes salades avec au milieu un rang de panais pour l’hiver.

salades

Nouveau repiquage de salades diverses et pak choi. Là aussi il faut arroser . On utilise l’eau du toit récupérée dans une citerne munis d’une pompe à main de cale de bateau  qui nous permet de remplir les arrosoirs.

salades2

L’ail récolté début juillet a bien séché dans le grenier, on en a fait une tresse qui est maintenant pendue dans la cuisine.

ail

Et pour finir le cas des tomates.
Avec un aussi mauvais début de saison et sans traitement, elles ont toutes attrapé le mildiou.
Difficile de se résoudre à perdre toute la récolte.
Malgré nos bonnes résolutions, un petit traitement au sulfate de cuivre a quand même été appliqué, sans résultat évidemment puisque le sulfate est exclusivement préventif.Foutu pour foutu, on s’est décidé à appliquer du bicarbonate de soude, on avait déjà essayé l’année dernière, mais  on n’avait pas été convaincu, sans doute pas assez persévérant, pas assez d’applications…
Cette année, avec le problème généralisé du mildiou, Michel a appliqué, le bicarbonate, après chaque pluie, c’est à dire presque tous les jours jusqu’à l’arrivée du beau temps !!!
Miracle, les plants ont été sauvés, les feuilles basses malades éliminées avec les premier bouquets de fleurs, les plants repartent bien avec la chaleur, on peut espacer l’application de bicarbonate . Il y aura moins de fleurs donc moins de tomates, on verra …
Entre les pieds de tomates des soucis et des œillets d’Inde. On a laissé aussi les pieds de côtes de bettes qui repoussent, les petites feuilles sont coupées et mises en paillage au pied des tomates, en plus des tontes de gazon et autres végétaux.
le paillage fait aussi partie des éléments de lutte contre le mildiou en plus d’être nourricier.
tomates

Et maintenant la recette que nous avons trouvé sur le blog de Passion Potager.

Le plus facile est de préparer une solution mère ou concentré :
Dissoudre 100 g de bicarbonate de soude dans un 1 litre d’eau tiède.

Pour la pulvérisation :
Mettre 50 ml de solution mère dans 1litre d’eau et ajouter 1 à 2 cuillerées à café de savon noir pour fixer.
Pulvériser après chaque pluie.
Action préventive et curative.

Désormais, le sulfate de cuivre passera aux oubliettes, merci Passion Potager !

Et maintenant, notre petit trio fusionnel de poussins devenus grands. Le coq est reconnaissable à sa crête bien rouge et ses plumes rousses. Ils ont bien développé leur plumes sur les joues qui leur donne un air si sympathique et leur appellation de Barbues (d’Anvers)

Second semis de haricots verts

Les petits pois ont été arrachés il y a quelques jours, Michel prépare la terre , un simple griffage suffira.

image002

Dès cette opération terminée, il entreprend le second semis de haricots verts en poquets.

image003

A la fin du semis, remise en place du filet pour protéger le semis du grattage des poules. Au bout de la planche, on aperçoit le premier semis qui a eu beaucoup de mal à démarrer à cause du manque de chaleur ici en Bretagne.

image001

Le soleil se montre enfin, la chaleur commence à se faire sentir, et les légumes réagissent, le premier semis pousse mieux, les courgettes aussi démarrent, on dirait que l’on va échapper de justesse au mildiou sur les tomates  (on croise les doigts!). On n’a pas tout à fait abandonné la bouillie bordelaise mais on a fait un compromis en utilisant aussi le bicarbonate de soude, on dirait que ça marche, et ça permet de réduire la quantité de bouillie.

Et on cherche des familles d’accueil pour nos poussins qui commencent à ressembler à des mini poules et mini coqs ! Ils ont un peu plus de 2 mois et sont très autonomes.

img001

Nouvelles récoltes et plantations au potager

Ce week end , temps maussade. Décidément dans le Finistère l’été tarde à arriver. Il va bien falloir se décider à travailler au jardin sous la bruine !
La planche où nous avons récolté les patates est libérée de son paillage, Michel la prépare à la grelinette en vue de la plantation des poireaux.  Pendant ce temps, je récolte l’ail planté en Automne parmi les fraisiers.

P1100229

La pluie a quand même parfois du bon, le semis de poireaux est très bien venu cette année. Les bébés poireaux sont prélevés,  « habillés » ( laisser 1cm de racines et couper le haut des feuilles )

P1100234

Puis plantés à l’aide d’un plantoir et généreusement arrosés.

P1100236

Un espace suffisant est laissé pour semer un rang de carottes entre chaque rang de poireaux. Michel utilise un petit « pont » de bois pour ne pas tasser la terre pendant ces opérations.

P1100238

Repiquage de salades et pak choi à la place du semis de poireaux, la terre reste très peu inoccupée chez nous, c’est ainsi que nous récoltons autant sur une petite surface. Par contre, comme nous prélevons beaucoup, il faut absolument penser à nourrir la terre, soit avec du compost maison soit avec un amendement organique ( fumier de ferme composté). Nourrir la terre pour nourrir les plantes ! ( Entretenir la vie microbiologique du sol : ce sont tous ces micro-organismes présents dans le sol qui nourriront les plantes de ce dont elles ont besoin, quand elles en ont besoin)
Le filet sera replacé pour empêcher les poules de venir saccager les semis, il sera enlevé dès que les plants seront assez grands pour permettre la circulation des poules sans que celles-ci ne détruisent les plants, c’est possible avec cette variété de poules naines (Barbue d’Anvers)

P1100240

Il reste encore un peu de place à côté des cèbes de Lézignan, on y repique des salades…

P1100241

Le coin des salades : batavias rouges, sucrines, cressonnette marocaine, pak choi, et au premier plan de la bourrache qui s’est semée toute seule. Les poules profitent du filet relevé pour faire une ventrée de limaces…

P1100245

Des pak choi pour le repas de midi, ils seront sautés rapidement à la poêle avec oignons, champignons, piment et sauce de soja

P1100230 P1100231

La dernière récolte de petits pois, moins abondante que l’an passé , à cause des conditions climatiques (un mois d’avril trop froid), salade, radis, framboises.

P1100246

Et pour terminer ce week end affairé, la récolte de mélisse que j’ai mis à sécher dans une chambre orientée au Nord. La récolte de verveine ne va pas tarder.
De bonnes tisanes en vue pour l’hiver !

Récoltes au potager

Le potager avant les récoltes de fèves et de pommes de terre.

P1100023

La récolte de fèves : 7,800 kg sur 4m².

P1100201

Les plants sont coupés, les racines restent en terre.
Les plants de courgettes plantées plutôt dans la saison entre les rangs de fèves apparaissent maintenant et vont pouvoir enfin mieux prospérer. Les plants de fèves sont replacés autour des courgettes en paillage.

P1100202

Après l’arrachage des pommes de terre, leur paillis est replacé sur la terre. Les poules se régalent de gratter le paillage et la terre. A côté, on voit les plants de haricots verts qui ont un peu de mal à se développer par manque de chaleur.

P1100203

Nouvel aspect de cette partie du potager.
A droite, on voit les petits pois qui ont eu beaucoup de mal à pousser, il a fait trop froid tout le mois d’Avril, la récolte sera maigre cette année.

P1100205

La récolte de pommes de terre, variété Agata : 38 kg sur 8m². Elle reste à sécher sur la terrasse l’après midi. Elles seront ensuite triées, mises en filet et stockées au garage.

P1100208

Pour ce qui est des pommes de terre et des fèves, récoltes satisfaisante malgré une drôle de saison, un hiver doux, un printemps très froid et la chaleur qui tarde  à arriver, maintenant beaucoup de pluie, de bruine, on se fait du souci pour les tomates…