La nouvelle saison potagère commence

Bonne année 2021 !

On ne peut pas faire grand chose au potager, mais, on peut réfléchir à la nouvelle saison potagère sur papier.
C’est là que l’on reprend le plan de plantation 2020, on lui applique la rotation des cultures, et en tenant compte des remarques et commentaires faits, on définit le plan de plantation 2021.
On le fait pour nos 4 jardins : notre potager près de la maison, le potager prêté par la voisine, le potager pédagogique à la Ligue contre le Cancer et la parcelle Incroyables Comestibles.
Il ne reste plus qu’à imprimer les plans avec leurs calendriers de plantation respectifs et les apposer sur le réfrigérateur de la cuisine.

En haut à gauche, notre potager, à droite celui du jardin d’Emilia.
En bas à gauche, le potager pédagogique du jardin de la Ligue contre le Cancer, à droite celui de la parcelle des Incroyables Comestibles.

Petit retour sur une de nos planches, un exemple de successions et associations de cultures.

Sur la moitié de cette planche, on a semé une ligne centrale de panais et de part et d’autre, repiqué des oignons fin Mars 2020.
Les oignons ont été récoltés début Juillet. A la place, on a repiqué des salades, pendant ce temps, les panais continuaient de pousser, de la graine à l’assiette, c’est long ! Leur frondaisons étaient alors bien plus spectaculaires.
En ce moment, on continue de les récolter et leur feuillage est à peine visible, mais ça ne les empêche pas d’être très gros !
En Novembre, de part et d’autre des panais, on a semé des fèves qui ont bien poussé.
Mi Mai, il n’y aura plus de panais, on pourra repiquer des plants de courgettes, qui vont un peu végéter jusqu’à ce que les fèves disparaissent fin Juin.
Lorsque les fèves auront été récoltées, les plants seront hachés et mis en paillage de part et d’autre des courgettes, celle-ci vont alors pouvoir prendre leur essor et nous donner de belles récoltes en Juillet.

Une découverte, cette année, le radis Red Meat, un radis d’hiver très doux et qui peut être très coloré à l’intérieur, de quoi agrémenter aussi les salades.


Les pommes de terre nouvelles déjà achetées, sont mises à germer, celles de conservation proviennent de notre récolte au jardin d’Emilia. Habituellement, on attend mi Mars pour les mettre en terre.
Prochaine étape, faire le bilan de nos graines, vérifier les dates de péremption, faire la liste des graines à acheter puis les commander.
Et en avant, pour une nouvelle année potagère !

Paillage de la planche courgettes tomates pour l’hiver

Les courgettes et les tomates sont en fin de production. Il est un peu tard pour semer de l’engrais vert.
On va pailler la planche généreusement pour l’hiver afin de protéger le sol et de le nourrir.

Les plants sont enlevés et mis de côté. Les tuteurs à tomates également.
Un petit coup de grelinette pour aérer la terre.

Puis un petit coup de griffe

On étale le contenu du silo à compost, il finira de composter en surface.

On ajoute des feuilles mortes qu’on avait collectées précédemment et mélangées avec de la tonte de gazon.

On ajoute tous les plants de tomates, courgettes et adventices.

On recouvre le tout avec les tailles du jardin ornemental stockées à l’autre bout du jardin, celles-ci avait d’ailleurs commencé à composter.

Et pour finir, on ajoute des capucines séchées. Elles avaient été récoltées, déjà sèches, sur la clôture extérieure du jardin en juillet.
Les années précédentes, on terminait avec du foin, mais la capucine séchée remplacera bien le foin cette année !

La planche restera ainsi paillée jusque vers fin février, ou le paillage sera enlevé et mis de côté. On laissera la planche nue, 2 à 3 semaines avant de procéder à la plantation des pommes de terre, à moins que l’on tente une expérience : planter les pommes de terre juste sous le paillage.
On a tout l’hiver pour y réfléchir !

Aspect du potager pour l’hiver , de gauche à droite :
La planche 1, paillée jusqu’à fin février.
La planche 2, de carottes poireaux.
La planche 3, de choux de printemps au fond avec radis red meat, mâche et pak Choi, devant les choux de printemps.
La planche 4, de bettes, betteraves rouges au fond, devant les panais qui seront bientôt entourées d’un semis de fèves.
Le potager produira tous l’hiver sur 3 des 4 planches. Et toujours les filets pour empêcher les poules de gratter et éparpiller le paillage !


La récolte de courges


Notre potager étant petit, nous avons planté les courges Butternut dans le jardin ornemental.
Elles faisaient une belle guirlande le long de la terrasse. Maintenant, le feuillage commence à disparaître, c’est un peu moins joli.
Il est temps de les récolter.

La récolte est bonne. On laisse un petit bout de tige sur chaque courge.
Becky, la plus gourmande de nos poules, surveille l’opération, des fois qu’il y aurait quelque chose de bon à picorer !

14 courges Butternut sur 2 plants seulement, pas mal !
Les courges Jack Be Little ont été collectées dans le jardin d’Emilia, notre second potager, où elles était plantées sous les haricots grimpants.

On profite aussi du beau temps pour collecter des feuilles mortes dans notre rue, en vue de les utiliser comme paillage.

La résurrection des pommes de terre !
Au début du printemps, nous avions planté une quarantaine de plants pommes de terre, deux seulement avaient germé, la récolte était donc ridicule par rapport aux autre années ( voir article du 09 Juillet ).
Nous avons pensé que les pommes de terre avaient pourri, on n’a même pas chercher à les retrouver avant la plantation suivante !
Début Juillet nous avons planté les poireaux et semé les carottes sur cette planche.
Comme on peut le voir sur la photo, tout ce petit monde se porte fort bien.
Et surprise, nous voyons apparaître des feuilles de pommes de terre.
Puis nous découvrons un autre plant, puis encore un autre. En prenant un peu de recul, on peut distinguer 2 rangs de pomme de terre. Les pommes de terre de Mars ont donc sommeillé pendant tous ces mois et ont décidé de se mettre à pousser maintenant !
On laisse faire et on va voir ce que cela donne, si les poireaux et carottes sont étouffés par la végétation des pommes de terre, on devra les supprimer.
Affaire à suivre…

Dernière récolte du second semis de haricots vert, repiquage de choux de printemps

Les haricots verts sont coupés et les racines restent en terre.

Puis la dernière récolte est effectuée.
Les récoltes tout au long de la saison ont été abondantes malgré la sécheresse.

Pendant ce temps, les poules ont accès à la planche. Elles s’en donnent à cœur joie ! Elles mangent essentiellement des petites limaces.

Puis, plantation de choux que l’on récoltera au printemps. Les choux proviennent d’un semis fait dans le jardin d’Emilia.

Vue générale du potager après la plantation des choux.
Trois planches sur les quatre produiront tout l’hiver et au printemps. Seule la planche de gauche , celle des tomates et courgettes sera prochainement mise sous paillage jusqu’au moment de la plantation des pommes de terre au début du printemps prochain.

Vues de la planche de droite : au début les panais puis les bettes et betteraves rouges avec des salades radichetta et moutarde rouge montées en graines, pour la récolte des graines et aussi pour profiter de semis spontanés.

Sur la deuxième planche après le repiquage des choux de printemps, les choux d’hiver, avec un semis de mâche et de radis Red meat.

Sur la troisième planche, les carottes et poireaux, avec des semis spontanés de moutarde rouge, aneth…

Prochaine intervention : la mise en hivernage de la planche courgettes tomates.

Dernière récolte de haricots verts du premier semis, plantations pour l’hiver

Le premier semis de haricots verts arrive en fin de production.
Il est temps de l’enlever et de le remplacer par des semis et des plantations pour l’hiver.
Les haricots verts sont coupés au sécateur, les racines restent en terre.
Les filets de protections sont enlevés, les poules en profitent pour venir visiter la planche et se régaler.

Dernière cueillette de haricots verts du premier semis, il va falloir attendre pour récolter sur le 2nd semis.

Le passage de la grelinette n’est pas utile, seul un passage de la griffe sera réalisé.

Plantation de Choux Tronchuda pour l’hiver. (Plus tard, des choux seront repiqués pour le printemps.)

Dans cette planche autour des choux, semis à la volée de mâche, de radis Red Meat et de Pak Choi. Récolte en automne et en hiver.

Après le semis, les graines sont incorporées à l’aide d’un griffage léger, puis la terre sera tassée à l’aide d’un râteau.

Semis spontané de Pak Choi dans la planche carottes poireaux. Un plan est monté en graines l’année dernière, les graines se sont semées toutes seules. Coup de chance, ils poussent entre les poireaux et les carottes !
Nous avons quelques semis spontanés, bettes, Radichetta, Pak Choi, Moutarde rouge qui poussent n’importe où au milieu des rangs de plantation bien rectilignes !On laisse faire et on repique au besoin, plus facile que de faire des semis à la maison, c’est aussi plus précoce et plus résistant même aux limaces.

La récolte du jour. Cette année, la récolte de tomates est particulièrement abondante et précoce. A part les tomates Noires de Crimée, nous cultivons des petites tomates  : Stupice, Bloody Butcher, Burbank.
Les petites tomates, sont généralement plus précoces que les grosses, ce qui est un avantage pour le climat breton.
Pour le moment notre préférée, Bloody Butcher, très précoce, excellentes et très productive.
Les tomates sont bien identifiées pour la collecte de graines.
On garde les graines pour nous et aussi pour en offrir dans les bourses aux graines.

Les récoltes au potager

Les récoltes continuent au potager et aussi dans celui d’Emilia, que nous entretenons.

Haricots verts, courgettes, tomates Noires de Crimée, les premières, tomates Bloody Butcher, framboises et fleurs comestibles, soucis, capucines, mauve et bourrache.
Nous cultivons les tomates en plein air et les Noires de Crimée sont mûres assez tôt cette année ( comme l’année dernière).
Il y a quelques années nous ne les récoltions qu’un mois plus tard !
La tomate Bloody Butcher , assez petite, est très précoce, nous la récoltons depuis le 8 Juillet comme la tomate Stupice.
Mais à la différence de cette dernière, elle est très productive et très goûteuse.
Ce qui est un atout pour notre région quand on cultive sans serre.

La récolte du jour dans le jardin d’Emilia, les haricots verts triomphe de Farcy.

la récolte de tomates dont une partie vient de chez Emila, l’autre de notre potager.

Les tomates sont repérées par des étiquettes car nous récoltons les graines : les Bloody Butcher, très abondantes à droite, les Stupice, à gauche, au milieu les premières   Burbank, un peu plus tardives, comme les Noires de Crimée. Elles font de très jolies grappes. Ces tomates nous permettrons de prolonger la récolte.
On ne l’a pas encore goûtée !
Derrière, les bols contiennent les graines  qui sont mises à fermenter pour pouvoir  les séparer et les sécher. Une étiquette est sous le bol pour identifier soigneusement les graines.

Tournage d’une petite vidéo au potager

Jeudi 30 Juillet, tournage d’une petite vidéo dans le potager organisé par la Maison de la Bio pour un nouveau site internet de Brest Métropole.
La vidéo a pour thème « les rotations au potager ».
Le site internet est encore en construction et aura une rubrique « Habitants Jardiniers » dans laquelle seront publiées toutes les nouvelles concernant le jardinage sur le territoire de Brest Métropole.

Dernière récolte de petits pois et second semis de haricots verts

Il est temps de faire la dernière récolte de petit pois, le deuxième planche à partir de la droite..

Les plants sont coupés au sécateur à la base et les racines restent en terre.

Il reste de l’ancien paillage et quelques adventices, qui seront mis de côté.

Pendant ce temps, les pois sont récoltés, les plants seront hachés pour retourner en paillage.

Après avoir nettoyé la planche, elle sera « grelinée » pour l’aérer.

Puis passée à la griffe pour bien casser les mottes de terre.

Ensuite, on procède au second semis de haricots verts nains en poquet de 7 à 8 graines.

Puis tout le paillage mis de côté sera replacé entre les rangs de semis, auquel on ajoute les plants de petits pois hachés au sécateur.

Enfin, les filets seront remis en place pour que les poules, par leur grattage, ne viennent perturber les semis.
Et voila le nouvel aspect du potager !

Une photo prise de chez le voisin avant l’arrachage des petits pois.

Les échalotes ont séché au grenier, elles ont tressées.

La récolte d’échalotes tressée.

Les échalotes sont remisées au garage.

Les petites poules et petit coq.

Plantation des poireaux et semis de carottes

Après l’arrachage des pommes de terre… euh, non !
Après l’arrachage des bettes et la récolte de pois …. (voir article précédent), nous préparons la planche pour la plantation des poireaux et le semis de carottes pour l’hiver.
Il faut slalomer entre les pavots pour pouvoir passer la grelinette !

Un petit coup de griffe puis un coup de râteau, toujours en slalomant entre les pavots..

La planche est prête pour la plantation des poireaux bleus de Solaize, provenant de notre semis et de nos graines.
On utilise un pont pour évite de tasser la terre en marchant dessus.

Un semis de carottes est réalisé entre chaque rang de poireaux.
Ce sont des Géantes de Tilques, les graines sont également produites au jardin.

Et voila l’aspect de la planche. Poireaux et carottes dans un champ de pavots…
J’ai enlevé les feuilles basses des pavots pour que la plantation profite de la lumière.

Une nouvelle expérience, l’oignon patate.
C’est un oignon qui se comporte comme un échalote, on plante un bulbe et il donne 3 ou 4 , parait-il de très bon goût et beaucoup plus résistant à l’humidité que l’oignon.
Nous ne l’avons pas encore goûté, mais on en gardera des bulbes pour en replanter l’an prochain, ça a l’air très prometteur.

P1030787

La récolte d’oignons patates sèche sur la terrasse.

P1030789

Et une invitée surprise au jardin, une lucane femelle.

P1030797

Comment un fiasco s’est transformé en succès !

Nous avions expérimenté une nouvelle variété de pomme de terre l’année dernière, la Zen, apparemment résistante au mildiou, comme pomme de terre primeur.
La semence qui nous a été vendue, n’était pas formidable, un certain nombre de tubercules n’ont pas germé, et ont dû être remplacés, d’autres ont mis longtemps à sortir de terre.
Nous avions tout de même fait une bonne récolte : 40kg pour 40 plants.
On a quand même conservé de la semence pour cette année.
Nous avions planté environ une quarantaine de semences, 2 seulement sont sortis de terre ! Impossible de recommencer la plantation, car après avoir enlevé les pommes de terre nouvelles, nous plantons les poireaux pour l’hiver et semons des carottes.
Cette succession étant tellement serrée et ne tolérant pas de retard, nous avons dû avec regret nous passer de pommes de terre nouvelles.
Comme l’idée de voir une planche potagère vide de Mars à début Juillet nous a semblé insupportable, nous avons fait une semis de petits pois provençaux qui sont précoces.
Lorsque les pois sont sortis de terre, nous avons vu également apparaître un autre semis, il s’agissait d’un semis spontané de Bettes. Nous avions laissé monter un plant de bettes en graines l’année dernière.
Puis un semis spontané de pavot est également apparu.
Nous avons pu profiter tôt dans la saison, de nombreuses récoltes de bettes.
Les bettes , bien qu’éclaircies régulièrement, ont un peu étouffé les pois, mais nous avons quand même fait une belle récolte de pois.
Et pour finir, on a récupéré environ 2kg de pommes de terre sur les 2 seuls plants qui ont voulu sortir de terre ! Au lieu de la quarantaine de kg que nous récoltons habituellement.
Et en prime, un joli  champs de pavot !
La récolte des pois dans ce foisonnement végétal.

La récolte de petits pois.

Arrachage des bettes, une partie sera distribuée aux amis.

Une autre partie avec les adventices seront mises en paillage de part et d’autre du rang de panais, à la place occupée précédemment par les oignons.

La récolte de pommes de terre ! Mais on a été un peu moins déçus grâce à tout ce dont la planche nous a gratifié…

Désherbage de la planche avec l’aide active d’un poule et du coq !
On n’a pas réussi à se résoudre à enlever les pavots, c’est trop beau.

L’an prochain, fini les expériences de nouvelles pommes de terre, on revient à la variété Dolreine, qui nous a toujours satisfait et comme nous la récoltons assez tôt, nous ne craignons pas trop le mildiou.
Dans le jardin d’Emilia, nous continuons avec la Sarpo Mira, comme pommes de terre de conservation, elle  nous convient, se conserve très bien et est effectivement résistante au mildiou, ce qui est important car elle est récoltée plus tard.
Donc, nous aurons quand même des pommes de terre !